Escadrille française NNGC1
Actualité
Les pilotes
Les missions
Les tactiques
Téléchargement
Tableau de chasse
Histoire de l'Aviation
Coin Informatique
Optimisation IL2-PF
Le forum
Album photos
Poster un article

La paire... y en a pas deux...
23 février 2004
 
A deux c'est mieux qu'un...

Voler historique ou pas peut créer bien des discussions quant à la formation à adopter... quoiqu'il en soit il s'avère que la formation de deux avions, la paire, et au delà la double paire, dite « 4 doigts », prévalent en efficacité au combat aérien...

Au début de la guerre, on entraîne les pilotes à voler en formations serrées en forme de V (appelée « vic ») ou en ligne (mais là on touche le fond et la préhistoire du combat aérien). Les pilotes doivent maintenir la formation en tout temps : sur le signal du commandant, ils fondent ensemble sur l'appareil ennemi et ouvrent le feu à tour de rôle.

Les premiers combats de la Bataille d'Angleterre et ensuite en URSS démontrent les dangers du vol en formation Vic. En plus d'accaparer l'attention des pilotes qui doivent constamment surveiller les positions de leurs coéquipiers, la formation constitue une cible facile pour l'ennemi. En effet, un avion ennemi peut facilement s'approcher par l'arrière d'un Vic et ouvrir le feu avant d'être vu.

Pour contrer ce point faible, on ajoute un quatrième avion pour surveiller les arrières du Vic, une idée s'il en est pour le moins lumineuse pour un rôle particulièrement dangereux puisque ce pilote sera la première cible visée par l'ennemi...

Pour résumer le Vic c'est joli en meeting aérien... garder la formation dans les évolutions à trois est déjà quelque chose, sans parler de situations de combat... ajoutez à cela le manque de visibilité et la faible malléabilité de la formation...

On adopte par la suite une formation plus lâche : les pilotes passent à l'attaque en équipes de deux. Le premier des deux dirige l'attaque, le leader, et le second, l'ailier, doit garder l'arrière. Plusieurs escadrons joignent deux équipes en formation « à quatre doigts ». Bien utilisée par les pilotes du Reich... cf. enseignements guerre civile d'Espagne...

LA PAIRE

La paire s'inscrit dans le schéma suivant... l'ailier est positionné par apport au leader à une distance de 300 mètres en largeur pour une profondeur d'environ 50 mètres... l'espacement de l'allier dans la formation permet au dispositif de trouver sa souplesse et capacité de réaction...

L'ailier doit suivre son leader constamment... il a peu de chances d'accrocher une victoire mais là n'est pas son rôle... on trouve généralement un pilote fin et imaginatif en leader qui fera la différence... le leader sait que l'engagement va mobiliser beaucoup de ressources de sa part et il doit compter à 100% sur son ailier pour couvrir ses arrières... garder son leader en sûreté est la mission, et la satisfaction, de l'ailier...

On comprend donc déjà qu'une grande affinité et cohésion doivent exister entre les pilotes de la paire... il n'y a pas de rôles ingrats... on ne survit pas seul en dog fight... et le ciment des sentiments d'appartenance à ce micro groupe est l'entraînement... c'est la clé de l'aisance et de l'efficacité... le nombre d'heures de vol d'entraînement de la paire en particulier va déterminer au final à la fois sa létalité et sa survie.

Les deux pilotes doivent bien se connaître dans leurs manières de voler et de communiquer... un exemple précis met véritablement en lumière cela... l'ailier doit suivre partout son leader, or, dans les évolutions, ce qu'il doit garder en tête, c'est assurer l'arrière du leader... dans un piqué, l'ailier se doit de rester au dessus du leader... il le perd donc de vue quelque peu... ceci est nécessaire afin de se retrouver à niveau lors de la ressource... l'entente doit être totale.

« QUATRE DOIGTS »

Le chef de section vole à l'avant et son ailier se tient du côté du soleil et surveille la région opposée. La deuxième paire se tient à l'opposé du soleil par rapport au chef de section et surveille la zone dangereuse contre le soleil. Les avions volent à environ 200 mètres les uns des autres et à des altitudes différentes de façon à mieux se couvrir mutuellement et à pouvoir observer une zone plus grande.

Lorsque attaquées, les équipes dégagent l'une sur la gauche et l'autre sur la droite. La formation en paire et par extension à quatre doigts est couramment adoptée par les aviateurs et est la base encore la base organisationnelle aujourd'hui...

A l'éclatement, le binôme reprend alors ses droits... mais l'avantage de voler en 4 doigts permet de concentrer potentiellement une forte puissance de feu tout en s'assurant d'une couverture de périmètre large. Là encore l'entraînement est primordial mais il faut bien l'avouer moins crucial car les paires sont facilement interchangeables au sein de cette structure.

.../...

En conclusion il apparaît que ce type de structure est le plus efficient et qu'il n'enlève pas bien au contraire les règles de comportements individuels de base...

*NNGC1-Lupo


-Lupo-
TeamSpeak
Ventilo et Patch 4.0 : Récapitulatif !
Le K-14, un bel outil ! ! ! !
Voler en Formation...
Aces High
La paire... y en a pas deux...
La Radio... là !
Formation du NNGC1 -position des pilotes
Skins - templates
On s'entend plus ! !
Bombardement : l'abécédaire...
Attaque de bombardiers
Pas d'hélice, Richesse, Wep : la cuisine de Maïté
Oui, oui, nous avons tous besoins de vos sensations et trucs...  
Ah c'est pas Warbirds